Osmose, Développement et Cultures

Conférences-débats

Dibombari MBOCK, Écrivain-Chercheur, égyptologue, historien/ Tables rondes à l’issu des conférences animées par Gabriel Mbarga, journaliste.

Salle Jules Isaac. Entrée libre. Réservez en ligne! (Jauge 90 places). Réservez en ligne! (Jauge 90 places).

Vendredi 30 novembre - 14h00-16h00

RELATION ENTRE LES LANGUES AFRICAINES MODERNES ET LES SYSTEMES D'ECRITURES DANS LES HUMANITES CLASSIQUES

Les civilisations africaines sont le plus souvent releguées au rang de civilisation orale ne possédant pas d'écriture. Plusieurs études sur cette question conduisent parfois à des conclusions contradictoires. Dibombari MBOCK abordera cette thématique d’un point de vue linguistique grâce aux système d'ecriture dans les humanités classiques tel que les hiéroglyphes. De nos jours, la plupart des égyptologues considèrent cette écriture comme un système phonétique et alphabétique.

L’approche proposée par Dibombari MBOCK présente une méthode de lecture basée sur l’aspect idéographique de cette écriture et la relation qu’elle entretient avec les langues africaines actuelles.  

Samedi 1er décembre. 10h30-12h30

LANGUES ET TRADITIONS RELIGIEUSES AFRO-CARIBEENNE

L’Afrique, plus qu’un autre continent, est-elle promise à la disparition de ses traditions ancestrales ? Ce continent qui a vu naître l’Humanité a connu une tradition spirituelle et religieuse née de la terre et de l’observation des astres. En pourcentage, le Continent noir semble avoir renoncé à sa tradition spirituelle originelle, puisqu’on y trouve majoritairement le Christianisme et l’Islam.

Qu’en est-il dans les faits ? Une meilleure connaissance de la religion ancestrale africaine est certainement le moyen de rompre avec cette idée de « religions importées » qui fait croire que l’Afrique ne connaîtrait pas les catégories sacramentaires qui se déploient au sein du Judaïsme, du Christianisme et de l’Islam. Dibombari MBOCK se propose d’aborder cette question à partir d’un corpus original : la tradition spirituelle de l’Égypte pharaonique.

Back to top